Actualités

CLD de la Vallée-du-Richelieu > Nouvelles > Entrepreneuriat > Une entrepreneure qui ose le changement

Une entrepreneure qui ose le changement

    Le numérique et les nouvelles technologies font partie intégrante de notre société et la grande majorité des entreprises y accordent une importance capitale. Cependant, l’entrepreneure Annie Cyr, de CACITH a remarqué que l’industrie du textile ne suivait pas les dernières tendances en la matière et a su cerner un besoin. Apprenez ci-dessous comment…

15 octobre 2018 par Centre local de développement de la Vallée-du-Richelieu

 

 

Le numérique et les nouvelles technologies font partie intégrante de notre société et la grande majorité des entreprises y accordent une importance capitale. Cependant, l’entrepreneure Annie Cyr, de CACITH a remarqué que l’industrie du textile ne suivait pas les dernières tendances en la matière et a su cerner un besoin. Apprenez ci-dessous comment tout a commencé pour elle.

Expliquez-nous comment vous est venue l’idée de fonder votre entreprise?

Cela fait déjà plusieurs années que je suis habitée par le désir d’améliorer l’approvisionnement de textiles. Comme avec tout projet d’envergure, ça prend un détonateur pour propulser à l’action et, dans mon cas, c’est en travaillant comme experte-conseil en approvisionnement auprès de la talentueuse designer québécoise Mary-Jo Dorval de chez trucsdenfants.com, que j’ai réaffirmé le besoin de concrétiser mon rêve. Designer de vêtements de qualité pour enfants de 0-6 ans, Mary-Jo n’arrivait pas à acheter les textiles nécessaires à la création de sa collection sans avoir à commander des quantités qui ne correspondaient pas du tout à ses besoins. Mon constat prenait tout son sens: La réalité actuelle en approvisionnement de textiles limite l’innovation, la créativité et, ultimement, l’offre aux consommateurs dans l’industrie du textile et habillement.

Parallèlement, plusieurs manufacturiers à travers le monde peinent à liquider certaines balances d’inventaires, faute de temps, de logistique, de réseau et de visibilité. Cette réalité m’incite à créer une plateforme web où acheteurs et manufacturiers pourront se retrouver afin de répondre aux deux besoins:

— Permettre aux créatifs d’acheter seulement ce qu’ils ont besoin pour ainsi encourager une plus grande liberté d’exploration, susceptible de stimuler l’innovation;

— Offrir du surplus d’inventaire manufacturier à des acheteurs qui n’auraient potentiellement jamais pu découvrir les produits.

La plateforme se nomme TENGIVA, acronyme pour Textile Exchange Network Generating Industry Value & Accessibility.

Qui est votre clientèle cible?

Nos clients se divisent en deux grandes catégories: les acheteurs et les manufacturiers de textiles.

Dans le cas des acheteurs, nous facilitons l’approvisionnement pour les entreprises de workwear, les designers, les costumiers, les compagnies, les étudiants et les écoles de mode. Tous ont régulièrement besoin de tissus en échantillonnage afin de développer des nouveaux produits, faire de la recherche et du développement, tester leurs productions de vêtements ou créer des collections. Bien qu’essentiels au processus de développement dans l’industrie, ces besoins ne justifient pas la commande de production de lots qui dépassent grandement les quantités requises.

Puis, les manufacturiers se retrouvent très souvent avec des inventaires restants qui engorgent leurs entrepôts. Voyez-vous, leur processus de fabrication textile ne leur permet pas de produire en petites quantités et à la fois d’offrir constance et qualité. Toutefois, pour plusieurs raisons, ils détiennent des inventaires: secondes qualités, développements de nouveaux produits (ils doivent tester la régularité du processus), des clients qui font faillite, la couleur ne sort pas telle que prévue, etc. Puis, ils parviennent difficilement à se défaire de ces inventaires puisqu’il ne s’agit pas de leur « core business ». Par le biais d’une présence web professionnelle et stratégique, nous offrons aux manufacturiers une visibilité accrue face à des acheteurs pertinents, avec un soutien marketing et une logistique inestimable. Ils peuvent désormais distribuer les inventaires en soutenant l’étape exploratoire du processus de création.

Pourquoi est-ce nécessaire d’avoir une plateforme dédiée à l’échange de tissus?

Le textile est une industrie mondiale d’envergure qui n’a pas encore optimisée son virage vers le web. Marketline nous indique qu’en 2017, elle représentait une valeur de 746.1 milliards au niveau mondial dont 83.1% sont des textiles versus 16.9% qui provient des fils. De plus, on y enregistrait une hausse de 4.5% sur l’année précédente. Pour sa part, et pour la même année, Statistiques Canada nous indique que le Canada importait près de 3 milliards en textiles, tandis qu’on y exportait un peu plus de 1,4 milliards. Ceci dit, la présence web des joueurs principaux est minime et peu informative.

Bien que certains sites transactionnels aient été mis en place, aucun site de type marché virtuel répond aux besoins auxquels nous nous attaquons spécifiquement: soit de pouvoir faire des achats de textiles en quantités adaptées à l’étape d’échantillonnage, de développement ou de productions singulières, puis d’augmenter la visibilité des manufacturiers dont les surplus d’inventaires pourraient propulser le travail des créateurs. Notre plateforme devient un point de référence pour trouver du surplus de textiles existant et disponible avec un niveau de qualité authentifié.

La présence web des manufacturiers demeure très limitée, puis un acheteur doit dépenser trop de temps et d’énergie pour localiser et commander ses textiles. Offrir un catalogue virtuel où plusieurs entreprises manufacturières présentent de l’inventaire disponible en temps réel permet d’agiliser grandement le processus d’approvisionnement.

Quel est votre principal défi avec ce projet?

Notre entreprise propose un virage web dans une industrie qui opère principalement avec les salons et les expos; des méthodes coûteuses, mais connues pour ceux œuvrant dans le domaine depuis longtemps. C’est la zone de confort. Nous modifions les façons de faire et, comme pour tout changement, il y a une certaine réticence. Afin d’assurer une bonne acceptation, la plateforme sera tout d’abord dirigée vers un public pour qui l’innovation représente un avantage clair. Ceux qui aiment être les premiers et ceux pour qui le changement stratégique est perçu comme un réel atout. Le grand défi sera de prendre une industrie, d’analyser minutieusement son fonctionnement, sa culture et sa façon de faire, puis de créer des outils web pouvant améliorer nettement le processus d’approvisionnement actuel, de telle sorte que l’adoption se fasse sans grand soucis et même avec enchantement.

Comment évolue votre entreprise jusqu’à maintenant?

Nous sommes en phase préparatoire pour le lancement de la plateforme qui est prévu pour novembre 2018. Notre équipe s’affaire à mettre en place l’identité de la marque, la plateforme et tous les éléments essentiels qui transformeront l’expérience client. Nous travaillons également la stratégie et les outils marketing ainsi que le service aux manufacturiers. Nous transigeons également avec des professionnels qui nous guident pour les questions de transport, de douanes et de gestion à l’international.

Qu’envisagez-vous pour les années futures? Quels sont les prochains objectifs?

La plateforme s’inscrit dans une mission plus profonde, celle de faire évoluer l’industrie de la création par le biais de l’éducation et de l’accessibilité aux produits textiles. La plateforme web sera transactionnelle à ses débuts, toutefois, un volet éducatif virtuel s’ensuivra afin de respecter notre engagement envers la formation continue, un outil essentiel qui permettra aux consommateurs de faire des achats plus réfléchis, cohérents et utiles. À moyen terme, nous envisageons ajouter dans un ordre successif les différents suppléments nécessaires à la fabrication des divers produits. Par exemple, nous allons ajouter les fournisseurs de fils et lainages, les fournisseurs de boutons et de fermetures éclair, toujours avec un volet éducatif et inspirant.

Nous croyons que l’accessibilité et l’éducation pourront faire grandir l’industrie du textile. À long terme, nous souhaitons devenir LA référence en matière d’éducation, d’inspiration et d’accessibilité pour se procurer les meilleurs produits textiles au monde.

Souhaitez-nous bonne chance ! 🙂

Annie Cyr de CACITH est lauréate dans la catégorie « Services aux entreprises » au Défi OSEntreprendre local 2018. Une entreprise qui, nous espérons, fera des petits!